Feréhaé
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Feréhaé

Et si la magie n'était pas ce que l'on pense...
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Fire Emblem : où précommander Fire emblem Engage en édition ...
99.90 €
Voir le deal

 

 yaseitora, un passage éclair...

Aller en bas 
AuteurMessage
Yaseitora
Esprit
Yaseitora


Féminin
Nombre de messages : 1482
Age : 31
Localisation : suivez les morts, jsuis au bout...
Emploi : étudiante
Age de votre perso : 17
Date d'inscription : 14/06/2006

yaseitora, un passage éclair... Empty
MessageSujet: yaseitora, un passage éclair...   yaseitora, un passage éclair... EmptyDim 23 Juil - 0:00

Rien qu’à sa vue, son cœur battait plus vite. Elle se figea tout à coup : les plumes son tatouage se coloraient légèrement en rouge au fur et à mesure qu’elle s’en approchait, ce qui n’était pas du tout bon signe. Beaucoup de sang avait du couler à cet endroit, à moins que des êtres inhumains y aient vécu. Malsain, l’air suffocant était saturé d’une forte odeur de ce liquide rouge. Pas un bruit ne filtrait du vieux bâtiment en ruine. Et elle qui pensait que l’Antre du Mal était en mauvais état… Cette structure-ci risquait à son avis de s’écrouler d’un moment à l‘autre. Seules les colonnes noires marbrées de blanc, soutenant fièrement le plafond de la partie principale de l’édifice craquelé de partout, ne semblaient pas encore trop partir en poussière.

L’aura qui émanait du bâtiment était glaciale, maléfique. Si Yaseitora pouvait la supporter, elle n’avait toutefois pas la possibilité de taire entièrement les quelques frissonnements qui la parcouraient de temps à autres. Sa fascination pour ce lieu était totale. Pénétrant à pas lent dans l’enceinte du temple, elle eut tout le loisir d’admirer ses trois parties distinctes dont les deux latéraux étaient identiques en tout point. Après avoir reconstitué ses réserves de plantes, se servant dans la végétation du jardin naturel à sa proximité, elle profita du grand jour pour porter son exploration au derrière. N’y découvrant rien d’autre que de vieilles tombes plus dépenaillées encore que l’immense bâtiment, elle entreprit de découvrir les dépendances, si on pouvait les nommer ainsi. La multitude de pièces s’y trouvant étaient totalement vides et noires, les rares comportant une minuscule ouverture, les seules où ne régnait pas une odeur de renfermé, étaient traversés par des bourrasques de vent glacial. On trouvait par endroit quelques flaques d’eau d’aspect peu ragoûtant, résultats des dernières intempéries. Ne comportant aucun ornement, elle n’étaient guère plus intéressantes que les insectes inoffensifs qui volaient ça et là.

C’est dans la grand-salle noire qu’elle débarqua ensuite. Frappé par sa taille, elle en était restée bouche bée pendant quelques instant.

- Eh bien, on plaisantait pas avec la taille des temples il y a quelques siècles. Ni avec les couleurs… lança-t-elle à voix haute à travers le temple avant de tourner son regard vers les murs.
Sombres et vides comme le reste de la pièce, ces derniers semblaient construits plus avec des plantes que de la pierre. La poussière anthracite qui en descendait parlait d’elle même quant au peu de solidité qu’il leur restait. Elle continua en avant, scrutant le moindre détail, la moindre variation présente mais n’en trouva aucun. Lassée, elle s’étira le cou pour se le dérouiller un peu. Puis conserva cette position étrange. Stupéfaite, elle contempla pendant un long moment les quatre gigantesques fresques se trouvant sur le plafond. Ces quatre scènes où la plupart des personnages étaient armés lui évoquèrent la préparation d’une guerre opposant les capes noires aux trois autres camps. Ces derniers étaient pour elle des anges, des guerriers, et le troisième rien d’autre que des être assez bêtes pour partir au combat en tenue légère, sans aucune protection, armés de petites armes presque inoffensives. Elle se surprit à sourire devant cette pensée à la fois idiote et amusante dans un des lieux les plus terrifiants qu’elle avait jamais visités…

_________________
Lost in the twilight...

Yasu~Keikoku~Vishna


Dernière édition par le Dim 23 Juil - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://yaseitora.bloxode.com
Yaseitora
Esprit
Yaseitora


Féminin
Nombre de messages : 1482
Age : 31
Localisation : suivez les morts, jsuis au bout...
Emploi : étudiante
Age de votre perso : 17
Date d'inscription : 14/06/2006

yaseitora, un passage éclair... Empty
MessageSujet: Re: yaseitora, un passage éclair...   yaseitora, un passage éclair... EmptyDim 23 Juil - 21:10

Prolongeant son exploration au fond du temple, elle passa le reste de la journée à étudier l’étrange bloc de pierre placé en contre-haut, en particulier les curieuses inscriptions qu’elle portait, et la scène en relief juste derrière. Les onze trous sur ce qu’elle pensait être une espèce de table, placés à sa bordure, au plus près de l’entrée, attirèrent tout particulièrement son attention. Près d’eux, en soufflant sur la poussière, on remarquait un petit diamant avec un élément à l’intérieur. Dans le premier se trouvait un minuscule échantillon de poussière d’étoile, brillant comme un soleil. Dans le deuxième, du sable. Une tornade miniature semblait ravager la troisième, la suivante étant parcourue de mystérieuses vibrations. La cinquième comportait un petit éclair jaune pâle, en opposition avec l’eau d’un bleu profond sous le flocon de neige de celle d’à côté. La septième était plus simple : elle séquestrait une jeune feuille de bouleau. Au sein de la huitième se trouvait un peu de terre, précédant la flamme immobile d’une autre gemme. Tandis que l’avant dernier renfermait un crochet de serpent et une goutte au liquide en ébullition, la pierre finale, elle, contenait une poudre obscure.

Elle sortit ses affaires de dessin et commença à reproduire le plus fidèlement possible la forme des trous et les pierres dans leurs moindres détails. Des éléments emprisonnés dans du diamant… C’était bien la première fois qu’elle voyait ça ! Même dans ses rêves les plus fous la jeune femme n’avait jamais rien imaginé de tel ! Toujours est-il que cela lui prit une bonne demi-heure. Elle s’attaqua ensuite aux étranges caractères gravés sur le côté gauche de la table mais, étant totalement illisibles, abandonna bien vite l’idée de les déchiffrer.

Astera avait déjà disparu depuis une bonne heure lorsqu’elle se lança dans la contemplation de l’immense bas-relief. La tension impressionnante qui semblait régner entre les deux personnages aux dimensions surhumaines était accentuée par l’aura malfaisante du temple. Elle passa quelque temps à les détailler tous les deux et parvins à une conclusion : elle était faible… misérablement faible…
[si quelqu’un lis ça et ajoute quelque chose qu’il fasse gaffe jle mords…] Même de simples formes gravées dans la roche dégageaient plus de puissance qu’elle, où du moins de ce qu’elle percevait d’elle-même. Se secouant la tête pour faire fuir ses idées noires, elle étudia la paysage derrière eux. De petits guerriers en armure semblaient prendre la fuite aux flancs du fier combattant de droite. L’affrontement entre les deux personnages centraux se déroulait sur une immense vallée, à moins que ce ne soient des ravins qui apparaissaient ça et là. Le sol était jonché de cadavres pour la plupart démembrés D’autres semblaient complètement calcinés ou encore explosés de l’intérieur, le même phénomène auquel elle avait assisté en se réveillant dans les marais, bien que ce soit au niveau supérieur. Certains visages agonisants retenaient parfois son attention, surtout ceux où les marques de chair dissoutes apparaissaient.

Elle fut arrachée de sa contemplation par la lumière d’Etamo qui faiblissait : il ne lui restait plus que quelques minutes avant que l’édifice ne soit envahi par l’obscurité naissante de la nuit. Plus ce moment approchait et plus l’ épouvantable aura de haine et de désir de sang venant du bâtiment lui-même augmentait. Elle réunit en hâte ses affaires puis entreprit de le quitter avec une vitesse de tous les diables.

Elle parvenait à la sortie de l’édifice quand elle entendit tout à coup un terrible grognement assourdissant, semblant sortir tout droit des enfers…

_________________
Lost in the twilight...

Yasu~Keikoku~Vishna
Revenir en haut Aller en bas
http://yaseitora.bloxode.com
Yaseitora
Esprit
Yaseitora


Féminin
Nombre de messages : 1482
Age : 31
Localisation : suivez les morts, jsuis au bout...
Emploi : étudiante
Age de votre perso : 17
Date d'inscription : 14/06/2006

yaseitora, un passage éclair... Empty
MessageSujet: Re: yaseitora, un passage éclair...   yaseitora, un passage éclair... EmptyLun 24 Juil - 13:30

Prolongeant son exploration au fond du temple, elle passa le reste de la journée à étudier l’étrange bloc de pierre placé en contre-haut, en particulier les curieuses inscriptions qu’elle portait, et la scène en relief juste derrière. Les onze trous sur ce qu’elle pensait être une espèce de table, placés à sa bordure, au plus près de l’entrée, attirèrent tout particulièrement son attention. Près d’eux, en soufflant sur la poussière, on remarquait un petit diamant avec un élément à l’intérieur. Dans le premier se trouvait un minuscule échantillon de poussière d’étoile, brillant comme un soleil. Dans le deuxième, du sable. Une tornade miniature semblait ravager la troisième, la suivante étant parcourue de mystérieuses vibrations. La cinquième comportait un petit éclair jaune pâle, en opposition avec l’eau d’un bleu profond sous le flocon de neige de celle d’à côté. La septième était plus simple : elle séquestrait une jeune feuille de bouleau. Au sein de la huitième se trouvait un peu de terre, précédant la flamme immobile d’une autre gemme. Tandis que l’avant dernier renfermait un crochet de serpent et une goutte au liquide en ébullition, la pierre finale, elle, contenait une poudre obscure.

Elle sortit ses affaires de dessin et commença à reproduire le plus fidèlement possible la forme des trous et les pierres dans leurs moindres détails. Des éléments emprisonnés dans du diamant… C’était bien la première fois qu’elle voyait ça ! Même dans ses rêves les plus fous la jeune femme n’avait jamais rien imaginé de tel ! Toujours est-il que cela lui prit une bonne demi-heure. Elle s’attaqua ensuite aux étranges caractères gravés sur le côté gauche de la table mais, étant totalement illisibles, abandonna bien vite l’idée de les déchiffrer.

Astera avait déjà disparu depuis une bonne heure lorsqu’elle se lança dans la contemplation de l’immense bas-relief. La tension impressionnante qui semblait régner entre les deux personnages aux dimensions surhumaines était accentuée par l’aura malfaisante du temple. Elle passa quelque temps à les détailler tous les deux et parvins à une conclusion : elle était faible… misérablement faible… [si quelqu’un lis ça et ajoute quelque chose qu’il fasse gaffe jle mords…] Même de simples formes gravées dans la roche dégageaient plus de puissance qu’elle, où du moins de ce qu’elle percevait d’elle-même. Se secouant la tête pour faire fuir ses idées noires, elle étudia la paysage derrière eux. De petits guerriers en armure semblaient prendre la fuite aux flancs du fier combattant de droite. L’affrontement entre les deux personnages centraux se déroulait sur une immense vallée, à moins que ce ne soient des ravins qui apparaissaient ça et là. Le sol était jonché de cadavres pour la plupart démembrés D’autres semblaient complètement calcinés ou encore explosés de l’intérieur, le même phénomène auquel elle avait assisté en se réveillant dans les marais, bien que ce soit au niveau supérieur. Certains visages agonisants retenaient parfois son attention, surtout ceux où les marques de chair dissoutes apparaissaient.

Elle fut arrachée de sa contemplation par la lumière d’Etamo qui faiblissait : il ne lui restait plus que quelques minutes avant que l’édifice ne soit envahi par l’obscurité naissante de la nuit. Plus ce moment approchait et plus l’ épouvantable aura de haine et de désir de sang venant du bâtiment lui-même augmentait. Elle réunit en hâte ses affaires puis entreprit de le quitter avec une vitesse de tous les diables.

Elle parvenait à la sortie de l’édifice quand elle entendit tout à coup un terrible grognement assourdissant, semblant sortir tout droit des enfers…


Le puissant râle provenait de derrière elle. Lentement, elle pivota sur elle même pour se trouver face à la source de ce bruit infernal. L’astre blanc et brillant ne parvenait pas encore à refléter les rayons du soleil de manière suffisante pour qu’elle distingue clairement la créature. Elle l’observa plusieurs secondes sans bouger, immobile comme la plus parfaite des statues. Mais pourquoi n’avait-elle pas écouté cette maudite voix en elle qui lui disait de continuer et de ne pas s’arrêter ? Décidément, elle avait un don inouï pour s’attirer des ennuis, et ce où qu’elle soit. Lentement, la lune poursuivait son cours sur la voûte céleste. Dans quelques minutes, elle y verrait plus clair. En attendant, elle ne percevait que sa silhouette floue. Grande, plus grande qu’elle d’une ou deux têtes, elle était au moins quatre fois plus large que la jeune fille. Des gouttes de bave dégoulinaient de sa large mâchoire, coulant entre ses énormes crocs acérés. Son haleine empestait la vieille charogne. Une odeur de chair putréfiée émanait du monstre, à tel point qu’elle se demandait si ce n’était pas sa chair qui pourrissait. Ses grands yeux d’un jaune malade exprimaient non seulement la faim, mais plus que tout le désir de tuer, de sentir le sang de sa victime à moitié égorgée dans sa grande gueule où s’échappait la mort. Chasseur aguerri, il lui tournai lentement autour, en cercles concentriques, guettant la moindre faille dans sa garde. Elle n’était pas bien grande, mais sa dague, elle, était vive et tranchante.

Plusieurs minutes s’étaient maintenant écoulées. La bête avait progressé à la même allure, rétrécissant son cercle au fil du temps. Elle ne se trouvait plus qu’à une quinzaine de mètres de sa proie. La clarté apportée par la lune était maintenant suffisante pour la distinguer nettement. Sa fourrure fauve, du moins ce qu’il en restait, était grouillante de puces et d’insectes en tout genre. Tout le long de son corps décharné apparaissaient des plaies béantes, certaines infectées, d’autres envahies par les vers. Mais malgré ses handicaps, elle respirait la puissance. Sa démarche raide était assurée, ses oreilles, dont l’une avait la majeure partie arrachée, se mouvaient rapidement. Nulle hésitation de sa part. D’apparence générale, le monstre ressemblait à un énorme tigre, bien qu’il soit unicolore, avec un garrot et les deux canines supérieures extrêmement développés par rapport à la normale. Sa tête était plutôt carrée, la peau de sa face droite avait disparue, laissant place à sa chair à nu et à la vermine qui s’y logeait. Ses yeux injectés de sang en disaient long sur son comportement : il n’agirait pas rationnellement, comme un animal sauvage, mais plutôt comme un zombie qui avait perdu la vie il y a bien longtemps et qui errait sans autre raison que de tuer. Ses énormes pattes étaient aussi larges que la longue suite d’os composant sa queue alerte était longue. Ses immenses griffes ressemblaient plutôt à des cornes qui auraient poussé au mauvais endroit. Sous son large poitrail pendaient encore des restes de muscle à moitié décomposé où dégoulinaient quelques gouttes d’un sang plus vert que rouge. Ses quelques côtes restantes étaient grises et saillaient sous ce qui lui servait de corps. Sa colonne vertébrale le surplombait par dessus son large front. C’était pour elle un spectacle à la fois merveilleux et écœurant.

Dix mètres les séparaient lorsque le squelette ambulant passa à l’attaque. D’un formidable bond, il bondit sur la jeune fille. Mais bien qu’il fut rapide, il était bien trop loin pour s’assurer la réussite de son entreprise. Un simple mouvement sur le côté lui suffit pour l’esquiver, emporté par son élan. Mais elle ne pensait pas que l’animal se reprendrait si vite. D’un habile mouvement de rein, il était sur elle. Cette dernière ne dut la vie sauve qu’à une flaque de sang visqueux répandu par terre qui la fit glisser, manquant de peu ses puissantes serres. Avec toute la vivacité dont elle était capable, elle se roula sur le côté, récupérant au vol sa boîte à poisons. Elle eut à peine le temps de l’ouvrir et d’enfoncer sa lame dans sa pâte de curare que le coffret se faisait pulvériser, réduite en miettes par le félin. Une splendide double pirouette permit à Yaseitora de se trouver hors de portée du monstre, qui commençait à faire demi-tour après avoir réduit en poussière les débris subsistants de son bien. Changeant de tactique, elle fit une chose qu’elle n’allait pas tarder à regretter : elle se rua sur le fauve. Rapide comme l’éclair, plus légère qu’un oiseau, elle atterrit sur son cou où elle plongea sa dague de toutes ses forces, jusqu’à la garde. Si près du cerveau, elle attendait un effet immédiat de la part du venin. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle se retrouva par terre, le bras ensanglanté quelques secondes plus tard ! C’était son épaule gauche qui avait été touchée, ouverte jusqu’au torse. La douleur l’étourdit un moment avant qu’elle ne reprenne le contrôle de son corps. Il fallait se rendre à l’évidence : elle n’était pas de taille à lutter contre cette vieille carcasse qui perdait peu à peu ses entrailles. Elle ne pouvait plus se servir d’un de ses bras et avait perdu beaucoup de sang, elle était de ce fait encore moins rapide et perdait en agilité et en force. Résolue à mourir, inévitablement, le désir de s’amuser jusqu’au bout refit surface en elle, plus fort qu’un ouragan.

- Eh bien, lança-t-elle à la charogne ambulante, puisque mon rôle dans l’histoire se finit ici, autant que j’y prenne plaisir, n’est-ce pas ?

Sur ces derniers mots, elle abandonna toute idée de survie et se rua sur la créature. Une jouissance totale avait remplacé la peur, un amusement sans limite la douleur. Bondissant, coupant au malheureux l’oreille qui lui restait, virevoltant dans tous les sens les plus inimaginables, arrachant délicatement des lambeaux de viande pâteuse et sanglante, colorant la pierre d’une douce couleur de rubis, plantant sa magnifique dague qui, à son image, rutilait de joie en voyant jaillir le sang de l’ennemi de sa charpente putride, volant dans les bourrasques du vent qui s’était levé : à son grand étonnement, son sourire euphorique était toujours son visage, éclaboussé d’un sang qui n’était pas le sien. Au bout de dix minutes d’un magnifique ballet aérien, elle sentait son corps faiblir. Peu à peu, sa vue se voilait et des vertiges l’assaillirent de toute part.

- On dirait que je suis arrivée au bout du chemin, murmura-t-elle pour elle même.

Ouvrant les yeux, elle admira les étoiles une dernière fois, à genou sur le sol, puis tourna son regard vers sa lame, douce, rouge et tiède, aux gravures emplies de sang. Elle eut tout juste le temps d’apercevoir un trait mortel se lever puis s’abattre sur elle, la propulsant sur une colonne. Avant que les ténèbres l’engloutissent, elle perçut un léger bruissement de cape dans l’air, dans un éclair rouge foncé, et un rugissement dans la nuit…

Reprenant peu à peu conscience, dans une tiédeur plus qu’agréable, elle se demanda si elle avait atterri au paradis ou en enfer. L’odeur de vieux bois moisi l’informa que ce n’était ni l’un ni l’autre.


[youpi !!! retour à la maison !!!!! heureuse de te revoir, ô, belle Antre du Mal… surtout dans le monde des vivants^^]
suite: https://ferehae.forum2jeux.com/viewtopic.forum?t=195

_________________
Lost in the twilight...

Yasu~Keikoku~Vishna
Revenir en haut Aller en bas
http://yaseitora.bloxode.com
Contenu sponsorisé





yaseitora, un passage éclair... Empty
MessageSujet: Re: yaseitora, un passage éclair...   yaseitora, un passage éclair... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
yaseitora, un passage éclair...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yaseitora
» Yaseitora, antre du mal=>temple des nogs
» passage rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feréhaé :: En dehors de Norac :: Temple Nogs-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser